Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Outils personnels

This is EstateLite Plone Theme

L'APPEL A CANDIDATURE POUR LA PROMOTION 2017-2019 DE L'EFG EST EN COURS JUSQU'AU 11 AOUT 2017

Vous êtes ici : Accueil / Publications / La faune sauvage / L'Elephant d'Afrique

 

Le Mot Du Directeur

 Se former dans une institution professionnelle a toujours été un choix à la fois excitant et important pour l'éducation et la carrière future de tout  individu. L'Ecole de Faune de Garoua (EFG) dont les locaux couvrent une superficie de 24 ha, offre cette opportunité aux étudiants des deux sexes, de tous les horizons.

En Savoir Plus

Bubale Major

L' Animal du mois

Le Bubale major est une grande antilope assez fine mais peu élégante, au dos fortement incliné vers l’arrière et au corps bien musclé. Sa taille voisine celle de cerf noble, avec une tête longue et étroite, elle porte un chevron blanchâtre entre les yeux donnant l’impression que l’animale a des lunettes. Les oreilles sont pointues, assez longues.

En Savoir Plus

L'Elephant d'Afrique

Nouvelle image (9)m.jpg

    Photo Minko.

1.Taxonomie de l’éléphant d’Afrique

 L’éléphant d’Afrique est le plus gros mammifère terrestre. Avec l’éléphant d’Asie, il est le dernier survivant de l’ordre des proboscidiens. On l’appelle pachyderme (du grec pachys, épais et derma, peau) à cause de sa peau épaisse. Ainsi, l’éléphant choisi comme emblème par l’Ecole de Faune de Garoua est un pachyderme qui jouit d’un grand prestige dans la faune et la plupart des cultures  africaine

 

2.Classification
 Règne : Animal

 Embranchement : Chordés
 Sous-embranchement : Vertébrés
 Classe : Mammalien
 Ordre : Proboscidiens
 Sous-ordre : Elephantiodae
 Famille : Elephantidae
 Genre : Loxodonta
 Espèce : L. africana
 Sous-espèces : L. africana african et, L. africana cyclotis

 

3. Description

Le mâle peut peser entre 3,4 et 7 tonnes pour une taille comprise entre 2 ,5 et 4 mètres (Campbell, 1998). De plus, cet animal suscite beaucoup de curiosité, du fait de sa taille énorme, de son comportement, de son organisation sociale et de son intelligence (Anonyme, 2003). La lèvre supérieure et le nez de l’éléphant se confondent et forment une trompe constituée par un prolongement musculaire. Cet organe lui sert à la préhension. Les oreilles quant à elles sont caractérisées par un large lobe très vascularisé. C’est à ce niveau que s’effectue le refroidissement du sang de l’animal.

Les éléphants possèdent des défenses en ivoire origine du braconnage de l’espèce. Situées de part et d’autre de la trompe, au niveau de la lèvre supérieure. Parfois de très grande taille et elles pèsent énormément. En effet, Campbell (1998) rapporte un poids record de 20 kg pour une paire de défenses. Certains éléments fondamentaux mentionnés dans le tableau distinguent l’éléphant de savane (Loxodonta africana africana) de son cousin de la forêt (Loxodonta africana cyclotis).

 

Tableau I : Caractéristiques distinguant L. africana africana  de L. africana cyclotis.

Critères

Loxodonta africana africana

Loxodonta africana cyclotis

Taille au garrot

2,7 à 3,9 mètres

2,3 à 2,7 mètres

Oreilles

Grandes et larges avec lobe

pointu ;

Se croisent sur la ligne

médiane quand elles sont

plaquées contre le corps.

Petites et arrondies avec un

lobe inférieur pointu.

Défenses

Longues et incurvées vers

l’avant.

Petites, droite et dirigées vers

le bas.

 

3.1 Evolution des effectifs des populations d’éléphants d’Afrique

Les effectifs sont longtemgs restés ignorés durant toute l’époque pré-coloniale. Quelques estimations de l’effectif des éléphants de cette période ont été faites néanmoins. Cependant, selon Pfeffer (1996), la population totale des éléphants d’Afrique pendant cette période peut prudemment être estimée entre  7 et 10 millions compte tenu de leur aire de répartition qui recouvrait tous les milieux naturels du continent à l’exception des zones les plus désertiques. Même en l’absence de données exactes, il est indéniable que cette population a diminué dramatiquement.

4. Menaces sur la survie de l’éléphant d’Afrique

L’éléphant d’Afrique est une espèce à croissance lente et à maturité sexuelle tardive qui a failli disparaître du continent noir. Entre 1970 et 1977, le Kenya aurait perdu plus de la moitié de ses 120.000 éléphants. Au Rwanda, 4/5 de ces animaux devenus incontrôlables furent abattus en 1974. Pfeffer (1996) situe le premier déclin de l’espèce entre le milieu du XIXè siècle (à partir de 1840) et la première guerre mondiale. Par ailleurs, aucune région de l’aire de répartition originelle des éléphants n’a échappé au déclin. L’Afrique occidentale aurait perdu 90% de ses éléphants au cours des vingt dernières années (Pfeffer, 1999).

5. Les causes du déclin

Selon Wilson et al, cités par UICN (2003), les éléphants d’Afrique ont longtemps été chassés pour l’ivoire qui faisait l’objet d’un commerce accru à travers le Sahara. La chasse pour l’ivoire a augmenté au cours du XIXème siècle en particulier après 1870, lorsque les puissances coloniales se déplacèrent vers l’intérieur des terres et installèrent des routes et chemins de fer qui facilitèrent le transport de l’ivoire vers la côte (Alpers cité par UICN, 1999). L’ivoire servait à fabriquer des manches de couteaux, des boules de billards, des bracelets, des pointes de lances et hameçons. Selon Pfeffer (1996), la documentation et les statistiques disponibles sur le commerce de l’ivoire confirment que les deux périodes de déclin drastique des éléphants ont également été celles où la demande et les importations d’ivoire ont été les plus élevées (Pfeffer, 1989).

Ces chiffres alarmants ne concernent cependant pas la seconde période de déclin, ni les données du marché oriental et encore moins la part que représentaient les éléphanteaux orphelins. Si le commerce de l’ivoire est la cause la plus importante du déclin des éléphants d’Afrique la perte d’habitat est également une des causes principales de leur déclin. Au cours du XXème siècle, on a assisté à un accroissement exponentiel des populations humaines. L’extension des terres agricoles, des pâturages, des cultures de maïs, grignotent l’habitat des éléphants de même que la construction des routes (Pfeffer, 1996).

6. Mode de vie

Un troupeau d’éléphants vit toute l’année sur un vaste domaine dont la superficie varie en fonction de l’aridité du sol, des contrastes entre saison sèche et saison humide et de la bienveillance des hommes. La superficie du domaine vital individuel varie de 15 à 3700 km2 (Douglas–hamilton, Leuthold), cités par Poole (1996). L’unité sociale de base se compose d’une à plusieurs femelles apparentées ainsi que leurs descendants immatures et peut varier de deux à trente individus (Poole, 1996). Les éléphants sont des animaux très sociaux. Ainsi, à des fins protectrices, de petites familles se regroupent souvent pour former de grands ensembles. En effet, les grandes familles où plus de femelles s’occupent des éléphanteaux auront un taux de survie plus élevé. Chaque membre d’un groupe respecte la hiérarchie établie. C’est la quantité de nourriture qui régule les effectifs sous l’autorité d’une éléphante adulte, la matriarche qui a en mémoire tous les bons parcours

Là où il y a des ressources abondantes et également distribuées, les éléphants ont tendance à se rassembler (Poole, 1996). Les groupes se divisent généralement pour maintenir une recherche efficace de la nourriture quand les ressources sont maigres en période de soudure (Poole, 1996). La recherche des aliments plus difficile par en période sèche prend le pas sur les préoccupations sécuritaires qui dominent en période humide quand la nourriture et les mises bas sont abondantes.

7. Ecologie chez l’éléphant

Les éléphants sont des animaux qui s’adaptent extrêmement bien aux différentes conditions du milieu. Ils occupent divers habitats allant du désert à la savane et les forêts galeries. Les facteurs écologiques affectent la dynamique des populations, l’habitat, les formes de migration, le régime alimentaire, la taille et la composition des groupes. L’éléphant est un méga herbivore, il mange une bonne partie de la journée et de la nuit. Grâce à sa trompe, l’éléphant arrache les herbes et les feuillages, cueille les fleurs et les fruits, détache les écorces, déterre les racines. Mais, le régime alimentaire des éléphants varie suivant le milieu et la période de l’année. Selon Western, cité par Téhou et Sinsin (2000), les éléphants peuvent par leur comportement, fortement influencer la structure de la végétation et donc celle des autres populations animales. Il faut toutefois noter que la plupart des populations d’éléphants d’Afrique a beaucoup perdu de sa zone de parcours et se retrouve confiné dans des réserves de faune

 

L'EFG se dote d' une SALLE CITES

Cette salle, aménagée et équipée grâce à l’appui de l’ONG américaine US Fish and Wildlife Service (USFishWS), permettra à l’Ecole de Faune de consolider son statut de Conseiller Scientifique Faune du Gouvernement Camerounais auprès de la CITES.

En Savoir Plus

Partenaires

MINFOFMINFOF
Ministère des Forêts et de la Faune

 

RIFFEAC
Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale de l'Afrique Centrale

Parc National de la benouePARC NATIONAL DE LA BENOUE

L’une des plus anciennes zones protégés du Cameroun

Tous nos Partenaires >>

Devenir Partenaires >>  

 

Facebook
Newsletter

Pour souscrire à notre news letter, bien vouloir remplir les champs ci-dessous

mme m
unsubscribe
Se connecter


Mot de passe oublié ?
twitterfacebooklinkedinYoutubeImage Map